Face à face : Glenn Nuytemans, Manager Safety & Insurance

En tant que conseiller en prévention, Glenn Nuytemans a inscrit la sécurité dans l’ADN de Tempo-Team. Aujourd’hui, en tant que Manager Safety & Insurance, il applique la même formule à tout le Groupe Randstad. Faites la connaissance d’un homme qui aime travailler, profite pleinement de la vie, et pour qui la sécurité est toujours la priorité.

De 2005 à 2014, vous étiez conseiller en prévention de Tempo-Team. Désormais, en tant que Manager Safety & Insurance, vous dirigez une équipe de 9 personnes qui travaillent pour Tempo-Team et pour Randstad. Un grand écart ?

‘Au début j’ai pensé : ça ne va pas être facile. J’étais le seul à venir de l’équipe Tempo-Team. Mais cela s’est incroyablement bien passé. Tout le monde m’a rapidement accepté. Cette équipe était déjà une machine bien huilée avec des gens extrêmement compétents, très bien formés et qui peuvent travailler de manière autonome. Mon job c’est de montrer la direction à suivre et de prendre les décisions.’

‘Après un an et demi consacré à montrer la direction et à ‘vendre’ notre approche en interne, il est temps que je passe à nouveau plus de temps sur le terrain. C’est ce que je trouve le plus chouette. J’aimais énormément mon job de conseiller en prévention. Je partais aux 4 coins de la Belgique, j’étais un caméléon qui s’adapte aux différences culturelles, je donnais un jour des conseils dans une usine de biscuits et le lendemain dans une fabrique de béton, puis dans une entreprise logistique. C’est vraiment passionnant.’

 

La sécurité est très importante pour Tempo-Team ? Quelle est votre approche ?

Notre première priorité est évidemment toujours la sécurité de nos intérimaires chez les clients. Nous leurs faisons suivre une formation dans le domaine de la sécurité. Mais l’approche unique de Tempo-Team consiste à se concentrer aussi sur l’encadrement chez le client. Où va l’intérimaire ? A-t-il un parrain/une marraine dans l’entreprise ? Est-ce que les responsables de production sont sur la même longueur d’onde en matière de sécurité ? Dans mon job de conseiller en prévention, j’ai donné beaucoup de formations en sécurité aux chefs de nos intérimaires.

Notre approche de la sécurité ne se concentre pas uniquement sur l’intérimaire, mais aussi sur l’encadrement auprès du client

Votre approche de la sécurité va très loin.

‘En effet, nous intervenons chez les clients comme des ‘consultants en sécurité’. Ils peuvent compter sur 6 conseillers en prévention qui ont tous accumulé une grande expérience au sein de nombreuses entreprises et divers secteurs. Les clients doivent souvent faire face à des problèmes que nous avons déjà rencontrés et solutionnés ailleurs.’

‘Grâce à notre approche large de la sécurité, le nombre d’accidents diminue parmi lesintérimaires, mais aussi dans le personnel fixe de nos clients. C’est très important pour la continuité. Un accident, c’est très ennuyeux en soi, mais tout ce qui en découle aussi. Les clients doivent par exemple à nouveau dépenser de l’énergie pour former un nouvel intérimaire ou travailleur fixe.

Nos conseillers en prévention font office de ‘consultants en sécurité’ pour nos clients

Maintenant vous adaptez l’approche de Tempo-Team au sein de tout Randstad Group. Mais est-ce que l’inverse est vrai aussi ?

‘Bien sûr. Dans notre équipe, il y a deux bons experts en multimédia qui viennent de chez Randstad. Ils développent l’e-learning – surtout pour les intérimaires mais aussi pour les travailleurs des titres-services. Ce sont de chouettes petits films sur les aspects sécurité chez le client, avec des tests. Ainsi, on vérifie si les intérimaires ont assimilé le contenu en profondeur. Nous réalisons le film et le test sur mesure en fonction du client. Pour certains clients c’est très important que nous enregistrions quand, à quelle heure et avec quel score un intérimaire a parcouru le test.’

‘En outre, il y a aussi dans notre équipe quelqu’un qui s’occupe des formations externes. Nous voulons développer des formations qui n’existent pas avec des partenaires. Pour l’instant, par exemple, nous en préparons une pour les opérateurs de machines.’

‘Tout le monde chez Tempo-Team en est conscient de la sécurité. Le concept est vraiment inscrit dans nos gènes.

Le concept de sécurité est maintenant vraiment inscrit dans les gènes de Tempo-Team

Que souhaitez-vous encore atteindre sur le plan de la sécurité ?

‘Le plus important pour un Safety Manager, c’est une année sans accident mortel. Ça, ça peut vraiment m’empêcher de dormir. D’un autre côté, il est vrai que nous employons 40 000 personnes au quotidien. Statistiquement parlant, les accidents mortels ne sont peut-être pas illogiques. Mais d’un autre côté, chaque accident avec des conséquences mortelles est un accident de trop.
Vous avez un job très exigeant. Comment le gérez-vous ?

Je dois avouer que mon équilibre travail-vie privée est beaucoup plus difficile à maintenir maintenant que je suis manager. Je vis à Brasschaat et les déplacements vers Bruxelles peuvent être pesants. Evidemment, c’est aussi une question d’organisation du travail. J’essaie d’aller à Bruxelles uniquement le mercredi et le vendredi parce que ce sont les jours les plus calmes. Mais ça ne marche pas toujours.

Et puis il y a LE problème de notre époque : la boîte mail archi pleine. Je me suis imposé comme norme de ne pas avoir plus de 100 mails dans ma boîte. Comme ça je sais encore ce qui s’y trouve et ce qui est urgent. Si le compteur monte à 250, je stresse. J’ai l’impression que je perds le contrôle. En tant qu’organisation, il faut réfléchir à cette boîte mail pleine et d’un point de vue sécurité, c’est quelque chose que nous pouvons initier – surveiller le stress, c’est une approche de soft safety.

Avec le smartphone, on est évidemment toujours connecté, mais cela a aussi ses avantages. Avant, à la fin d’une journée sur la route, je devais encore allumer l’ordinateur en rentrant pour voir mes mails. Maintenant, j’ai déjà vu les mails et je sais déjà à quoi je dois répondre. Je n’allume plus l’ordinateur le soir que s’il y a quelque chose de très urgent.

Du point de vue de la sécurité, nous pouvons initier la réflexion sur les boîtes mails trop pleines

Comment rechargez-vous vos batteries ?

Je coache des footballers de 8 ans dans l’équipe U9 de mon fils, c’est mon principal hobby. Nous nous entraînons deux fois par semaine et nous jouons en compétition le week-end. C’est vraiment très chouette. J’en profite aussi pour courir avec eux et faire de l’exercice. Comme ça c’est aussi une heure de sport pour moi.

Quelle est votre devise ?

Work hard, play hard. Je suis quelqu’un qui aime travailler dur, mais qui profite aussi de la vie. C’est possible : aller manger avec les amis, prendre des vacances, ou faire du sport.’

Vers d'autres articles

Mieux travailler, Pratiques

Quand on fait du sport, rien de plus normal que de se préparer physiquement et mentalement, quel que soit le niveau. Pourquoi ne pas appliquer ce principe aux réunions de travail ?

Mieux travailler, Pratiques

Quand on fait du sport, rien de plus normal que de se préparer physiquement et mentalement, quel que soit le niveau. Pourquoi ne pas appliquer ce principe aux réunions de travail ?
en savoir plus

Mieux travailler, Pratiques

Un environnement propice à un travail agréable, au sens le plus large, est une des clés de la prévention des burn-outs. Au travail comme à la maison.

Mieux travailler, Pratiques

Un environnement propice à un travail agréable, au sens le plus large, est une des clés de la prévention des burn-outs. Au travail comme à la maison.
en savoir plus

Opinion

On pourrait penser que le coronavirus libère plus de talents sur le marché du travail. Pourtant, la pénurie reste d’actualité. Du moins dans les secteurs sous pression. Eddy Annys, Managing Directo...
en savoir plus