boomerang
boomerang

On revient toujours à ses premières amours. Maintenant que la Guerre des talents est plus féroce que jamais, il est parfois judicieux de regarder vers le passé pour pouvoir assurer l’avenir, même dans le recrutement. Comment ? Grâce à un processus d’offboarding intelligent. De quoi repartir du bon pied.

C’est vrai : il n’est jamais agréable de voir partir de bons collaborateurs. Surtout en ces temps de pénurie sur le marché du travail. Mais saviez-vous que 1 ex-collaborateur sur 2 est ouvert à l’idée de revenir travailler dans votre entreprise ?

Bien entendu, uniquement s’ils quittent l’organisation en bons termes. De quoi en faire des ambassadeurs qui vous aideront dans le recrutement et reviendront peut-être même chez vous.

Se séparer en bons termes de collaborateurs compétents est tout aussi important qu’accueillir de nouveaux talents chaleureusement. C’est une première étape cruciale dans le processus d’offboarding pour rester connecté avec vos talents même après leur départ.

L’entretien de départ : reconnaissance et feedback

Il va de soi qu’il est préférable de régler toutes les questions pratiques sans heurts et correctement avant le départ, afin de laisser une bonne impression en tant qu’entreprise. Prenez le temps de faire un bon entretien de départ. Dans les grosses entreprises, cette tâche incombe au service RH. Dans les PME, c’est le directeur ou éventuellement le manager direct qui peut mener cet entretien.

Ce genre d’entretien de départ est le moment idéal pour exprimer à nouveau votre reconnaissance au collaborateur qui vous quitte et pour demander du feedback sur votre organisation. Demandez à ce collaborateur pourquoi il part, quels étaient les points positifs et ceux à améliorer. En effet, un bon entretien de départ va au-delà de la réponse « Je voulais relever un nouveau défi »: posez ces 10 questions de notre check-list.

Grâce à ce feedback, vous pourrez identifier vos points faibles et les corriger. Peut-être que le stress est un problème récurrent ou que les attentes ne correspondent pas au contenu de la fonction, au style de leadership ou à la culture d’entreprise ? Il est alors temps d’entreprendre des actions et d’affiner votre politique de rétention. Terminez sur une note positive et souhaitez-lui bonne chance.

De supporter à recruteur

Un offboarding efficace ne s’arrête pas lorsque les talents quittent votre entreprise. Comment vous assurer qu’ils continuent à vous soutenir ? Considérez vos anciens collaborateurs comme des alumni, maintenez une connexion en ligne avec eux, et créez éventuellement une communauté avec des activités de réseautage.

Vos talents resteront ainsi informés de vos ambitions, projets et offres d’emploi et ils pourront partager leurs connaissances (entretemps étoffées) avec vous. Vu sous cet angle, l’offboarding représente une forme de gestion des talents. 

Les alumni connaissent votre entreprise sur le bout des doigts et sont bien placés pour apporter de nouveaux talents. Du rang de supporter à celui de recruteur, il n’y a qu’un pas.

L’effet boomerang

L’herbe ne semble pas plus verte ailleurs ? Un processus d’offboarding sophistiqué peut inciter les talents à revenir dans votre entreprise. Steve Jobs fut l’un des plus célèbres boomerang employees d’Apple. Et nous savons tous où il a amené l’entreprise.