‘Nettoyer et faire du théâtre, cela me garde en équilibre.’

‘Je suis une hyperactive, hein’, dit Linda Dhaene en riant pendant notre interview. C’est le moins que l’on puisse dire ! Linda nettoie jusqu’à 36 heures par semaine chez 7 clients de Deurne, Merksem et Anvers. A côté de cela, elle trouve encore le temps et l’énergie pour sa seconde passion : faire du théâtre. Comment y arrive-t-elle ?


  • Linda Dhaene, 60 ans
  • Lieu de travail : Deurne, Merksem, Antwerpen
  • Aide-ménagère chez Tempo-Team Titres Services

 

Linda, depuis combien de temps as-tu attrapé le virus du théâtre ? 

‘Quand j’étais petite, je regardais à la télé les films de la série ‘Made in Vlaanderen’. Ca m’a donné l’envie de jouer la comédie plus tard. A 20 ans, ça y était : j’entrais au Théâtre Zeemanshuis, la compagnie d’Alex Van Haecke. C’est là que tout a commencé pour moi.’

Entre temps, ça fait 40 ans que tu es sur les planches.

‘Oui, depuis 1992 je suis attachée au Eigentijdse Werkgroep Theater de Deurne. Mais depuis deux ans je n’y suis plus active, car tout mon temps va à mon propre groupe de théâtre, Take Twee. J’ai lancé ce groupe à partir de rien il y a 5 ans, avec des amis. Nous avons trouvé notre place dans le sous-sol du théâtre Fakkel à Anvers.’

Quelles pièces de théâtre montez-vous ?

‘Ce sont des spectacles que nous écrivons, avec une note comique et aussi un peu dramatique. On rit et on pleure, disons. C’est ce que les gens préfèrent.’

Jusqu’à 36 heures de nettoyage, puis encore apprendre ses textes, répéter, jouer en représentations… Est-ce que tu arrives à tout combiner ?

‘Quand on commence une production, on la joue pendant un mois – vendredi, samedi et dimanche. En même temps on répète déjà la pièce suivante. On est donc occupés de septembre à juin. Je ne joue pas toujours, mais je suis toujours impliquée dans les coulisses du spectacle. Parfois ma journée commence à 6 heures et je vais dormir à minuit. C’est beaucoup, oui, mais j’arrive à bien tout combiner. Il faut s’organiser dès le matin : ‘Maintenant je vais travailler, ensuite je reviens à la maison, je prends un bain et j’étudie mes textes.’

Être actrice, c’est une passion ?

‘Certainement. Ce n’est pas qu’un hobby, c’est un deuxième travail. Nettoyer et faire du théâtre, c’est pour moi le yin et le yang. Ca me garde en équilibre. Nettoyer c’est surtout physique, et le théâtre fait travailler mon cerveau. Et en tant que femme divorcée, j’ai aussi besoin de mes deux jobs d’un point de vue financier.’

Est-ce que tu nettoies aussi avec autant de plaisir ?

‘Oui, sinon on ne tient pas le coup pendant 30 ans. Cela change beaucoup, et j’ai des clients fantastiques. Chez l’un je reçois un café ou une praline m’attend, chez l’autre on me fait un smoothie à 10 heures… C’est très amical. Je prends aussi des initiatives, je vois ce qui doit être fait, et les clients apprécient.’

Tu as beaucoup d’expérience dans le nettoyage.

‘Chez un nouveau client, il y avait dans le hall une armoire avec un miroir vraiment très sale. La dame de la maison m’a dit : ‘Il y a 10 ans que les aides-ménagères essaient de nettoyer cette armoire mais sans succès.’ ‘Attendez un peu’, me suis-je dit. Avec un petit seau d’eau et de vinaigre, une éponge, une peau de chamois et de l’essuie-tout, je m’y suis attaquée. Pour la première fois en 10 ans, ces gens ont à nouveau eu une armoire propre !

Est-ce que tes clients viennent aussi voir tes spectacles ?

‘Absolument ! Ensuite on boit un verre comme des amis. Au travail, tout reste très professionnel. Mais dans mon travail sur scène c’est différent. Et je ne dis jamais non plus : ‘J’ai encore finit tard hier. Je suis fatiguée aujourd’hui.’

Dans 5 ans, tu prends ta pension comme aide-ménagère. Mais tu ne vas pas tomber dans un trou noir…

‘Non, je vais continuer à jouer au théâtre. Dans notre compagnie il y a des gens de 70 ans ou plus, qui retiennent encore leurs textes. Ca entretient vraiment les facultés mentales. Pas de mots croisés pour moi (elle rit).’