Les travailleurs plus âgés et leur expérience sont indispensables pour nos entreprises et notre économie. Mais comment les garder motivés au travail ? Et comment nous débarrasser des préjugés sur la productivité? Faire fonctionner la diversité, c’est une responsabilité partagée, dit Marina Willecomme, HR Director de Tempo-Team Belgique.

La gestion des travailleurs plus âgés, c’est la responsabilité de l’entreprise, des autorités et du travailleur lui-même. Finalement, chaque travailleur tient dans ses mains sa vie professionnelle, non ? Et donc aussi son employabilité. Ce n’est pas une question d’âge.

Le travail et le talent se retrouvent-ils ?

S’il est vrai que certains travailleurs plus âgés ne pensent plus qu’à leur pension, il y en d’autres qui continuent à travailler avec enthousiasme. Leur secret ? Pouvoir utiliser leurs talents et leurs compétences. Aimer faire son travail dépend d’un tas de facteurs, dont l’un est certainement la manière dont le talent et le contenu du job se rencontrent. Cela vaut pour chacun et à chaque phase de sa carrière.

Le gouvernement a déjà mis des mesures en place. Par exemple la Flandre subsidie l’accompagnement de carrière : chaque travailleur peut à chaque moment de sa carrière suivre un trajet d’accompagnement qui doit lui montrer le chemin vers un travail qui lui convient mieux. La diminution des cotisations sociales aide aussi à garder les 50+ au travail.

L’outplacement est destiné aux gens qui perdent leur travail. L’idée reste la même.

Des préjugés durs à démonter 

Et l’entreprise elle-même ? Bien que les enquêtes au Royaume-Uni et en Allemagne aient prouvé le contraire, le préjugé persiste que les travailleurs plus âgés sont moins productifs que les jeunes.

Ici les RH peuvent jouer le rôle d’exemple. Elles ont deux clés en mains. La <bold>mobilité interne,</bold> qui est tellement cruciale : elle doit être visible pour tous les travailleurs. Ainsi, ils voient quelles directions s’offrent à eux en interne, éventuellement avec un complément de formation. Car il ressort de l’enquête de notre RED Report que 2 travailleurs belges sur 3 souhaitent rester chez leur employeur.

Et c’est la clé numéro 2 : la formation, pour affiner les compétences. Ce n’est pas uniquement pour les collègues débutants, mais pour tous, donc aussi pour ceux qui ont de l’expérience. Avec la bonne formation, les travailleurs peuvent prendre une direction nouvelle et meilleure, et trouver un nouvel élan

Le fait est que notre mentalité doit suivre aussi. Notre population vieillit, la « guerre pour les talents » fait rage. Les travailleurs plus âgés et leur expérience sont indispensables pour nos entreprises et notre économie.

Vers d'autres articles

Bonnes pratiques, Stratégie HR

Développer une culture d’entreprise passionnante et créatrice de liens, en ces temps de changement et de croissance ? Voilà qui vaut de l’or, dans cette Guerre des Talents. Protime l’a fait, et son...

Bonnes pratiques, Stratégie HR

Développer une culture d’entreprise passionnante et créatrice de liens, en ces temps de changement et de croissance ? Voilà qui vaut de l’or, dans cette Guerre des Talents. Protime l’a fait, et son...
en savoir plus

Mieux travailler, Réflexions et tendances, Pratiques

Les employés comme les employeurs estiment que travailler jusqu’à 67 ans n’est pas réaliste. Pourtant, on voit peu d’action aujourd’hui. Nous proposons des points d’amélioration concrets.

Mieux travailler, Réflexions et tendances, Pratiques

Les employés comme les employeurs estiment que travailler jusqu’à 67 ans n’est pas réaliste. Pourtant, on voit peu d’action aujourd’hui. Nous proposons des points d’amélioration concrets.
en savoir plus

Mieux travailler, Pratiques

“L’idéal serait d’avoir des collègues en prévention qui puissent repérer les premiers signes d’un stress prolongé. Ils pourraient même devenir des interlocuteurs et avoir leur mot à dire dans la po...
en savoir plus