Le stress, c’est chouette

OK, ce titre porte quelque peu à confusion. Le stress peut être chouette, c’est plus honnête. Ce qui importe, c’est que tu apprennes à faire la différence entre le stress négatif et le stress positif. Et que tu puisses inverser ton stress malsain. La formation GoodHabitz « No stress » te l’explique pas à pas. Mais énumérons déjà les conseils les plus utiles.

Ta tension monte d’un cran, tu es particulièrement vigilant(e) aux stimuli, tes muscles se contractent... Au début, la plupart des symptômes du stress te donnent un coup de fouet. Ton corps se prépare à un pic de performance temporaire. Le stress sain booste ton efficacité. Tu es vif(/ve) et tu peux, pour ainsi dire, affronter le monde.

Après un pic de stress aussi court, tu dois retrouver ton calme. La formation GoodHabitz « No stress » (totalement gratuite pour ceux qui sont inscrits chez Tempo-Team) l’explique clairement. Ce n’est que lorsque le stress continue et s’accumule qu’il dépasse son objectif initial. Le stress chronique ou négatif ne te met plus dans un état de réceptivité. Le stress malsain t’épuise et sape tes performances.

 

1. Sois vigilant(e) aux signes de stress

Quand ton corps envoie des signaux, il importe de les reconnaître correctement. Tu te sens souvent agité(e), tu souffres d’insomnie et tu manques d’énergie en journée, tu paniques facilement, tu te sens tendu(e) et tu ne parviens jamais vraiment à te détendre ? Autant d’avertissements à ne pas ignorer : il est temps d’agir face à ces symptômes de stress !


2. Identifie ce qui te donne de l’énergie et ce qui en pompe

Tiens un journal du stress pendant environ deux semaines. Note les activités que tu as faites et indique si elles étaient stressantes ou relaxantes. Avec quelles personnes es-tu entré(e) en contact et quelle influence ont-elles eue sur ton niveau d’énergie ? Quels sentiments positifs et négatifs as-tu éprouvés ? Essaie de te faire une idée de ce qui te donne de l’énergie (ex. hobbys, feedback positif, collègues sympas...) et de ce qui te pompe de l’énergie (ex. problèmes privés, absence de plaisir au travail...).

 

3. Détermine ton équilibre idéal

Fais le point sur ta situation à l’aide de ton journal du stress. Quel pourcentage du temps es-tu stressé(e) et détendu(e) ? Un bon équilibre travail-vie privée ne se résume pas forcément à 50 % de stress et 50 % de détente. La quantité de stress que tu peux supporter (ou dont tu as besoin) est très personnelle. Ton ratio est 80/20 et tu as l’impression que c’est trop ? Fixe-toi un objectif clair. Il peut s’agir de 70/30 pour une personne résiliente ou de 40/60 pour ceux qui sont davantage dans l’incertitude...

 

4. Connais ton type de stress

Tu l’auras deviné : il est primordial de se connaître soi-même. Sais-tu quel est ton type de stress parmi les 4 types définis par Beth Hamilton et Stephanie McClellan ? Le type turbo est un travailleur productif qui aime le contrôle. Sous pression, il redouble d’efforts, ce qui rend la détente très compliquée. Le type crash est un adepte du multitâche qui ne peut ou n’ose pas fixer de limites. C’est ce type qui risque le plus le burn-out. Le type hypersensible porte des blessures du passé (ex. une faible estime de soi ou des problèmes de colère...) et est donc moins résistant au stress. Enfin, le type bore-out est coincé dans un job où il manque de travail. Cette situation le démotive et l’amène à douter de ses propres talents, ce qui engendre des symptômes de stress.

 

5. Pense à ta super astuce

Le stress est personnel, tu le sais. Un même changement de mode de vie donne des résultats différents, selon ton type de stress. Heureusement, il existe pour chaque type une « super astuce » ou un conseil en or qui te rapproche de ton équilibre de stress personnel idéal. Le type turbo doit faire de la détente une priorité. Pour lui, rien de tel que le sport. Ne rien faire doit aussi figurer en haut de sa to-do-list. Le type crash s’en sort en structurant davantage sa vie. Le mot magique ? Gestion du temps. Heureusement, il existe une formation GoodHabitz pour ça. Le type hypersensible a tout intérêt à faire régulièrement le plein d’énergie, par exemple en prenant suffisamment de pauses et en cherchant le calme pendant une journée de travail chargée. Le type bore-out a besoin de plus de stimuli. Pars à la micro-aventure ou fais du bénévolat

 

6. Commence par les bases 

Si tu veux que le stress reste chouette, voici la première règle à suivre : « Des habitudes saines maintiennent un niveau de stress sain ». Et qui dit mode de vie sain et heureux, dit alimentation saine, sommeil suffisant et exercice physique. Faire des choses sympas – avec ou sans collègues – peut aussi aider. Ajoute à cela une attitude assertive et oui, le stress sera/restera chouette !


PS : Ces offres d’emploi t’apporteront une saine dose de stress et, surtout, reste maître de ton stress pendant une présentation !

GoodHabitz, Trucs & astuces, Ambiance de travail

Colère, bonheur, tristesse, peur... Les montagnes russes émotionnelles ne sont pas réservées à notre vie privée. Tu es jaloux(/se) d’un collègue, surpris(e) par ton nouveau boss ou honteux(/se) d’u...

GoodHabitz, Trucs & astuces, Ambiance de travail

Colère, bonheur, tristesse, peur... Les montagnes russes émotionnelles ne sont pas réservées à notre vie privée. Tu es jaloux(/se) d’un collègue, surpris(e) par ton nouveau boss ou honteux(/se) d’u...
en savoir plus

Stress, Temps libre

Tu es l’éternel(le) retardataire au travail ? Le ou la collègue qui arrive toujours un quart d’heure en retard avec un tourbillon d’excuses ? Ne te méprends pas ! Tu n’es pas « délicieusement chaot...

Stress, Temps libre

Tu es l’éternel(le) retardataire au travail ? Le ou la collègue qui arrive toujours un quart d’heure en retard avec un tourbillon d’excuses ? Ne te méprends pas ! Tu n’es pas « délicieusement chaot...
en savoir plus

métiers, Temps libre

Enfin l’été ! Le moment est venu de passer ta garde-robe estivale au crible. Car, avoue : aller voir un client avec des Havaianas aux pieds, est-ce vraiment une bonne idée ?
en savoir plus