Projets de vacances à peine contaminés par le coronavirus : près de 2 travailleurs sur 3* prennent leurs vacances comme les autres années, mais une majorité privilégie exceptionnellement des « staycation ».

Même si le coronavirus a considérablement influencé notre quotidien ces derniers mois, il n'en a pas pour autant vraiment modifié les projets de vacances des Belges. Comme avant la pandémie, la plupart des travailleurs prennent leurs congés en juillet et août. Et même si beaucoup resteront en Belgique cette année, un quart passera ses vacances au-delà de nos frontières. Tel est ce qui ressort de l'enquête du prestataire de services RH Tempo-Team sur le travail et les vacances pendant cet « été corona ». Ceux qui travaillent pendant les grandes vacances préfèrent le faire en compagnie de collègues. Car malgré le fait que les employeurs misent plus que jamais sur une organisation flexible du travail avec, par exemple, le télétravail, 6 travailleurs sur 10 préfèrent continuer à se rendre au travail. Plus de la moitié disent ressentir plus de plaisir au travail avec les collègues pendant les mois de vacances qu'à un autre moment.

90 % des travailleurs prennent congé en juillet et/ou août. 62 % prennent autant de jours de congé cet été que les autres années. Les travailleurs ne sont pas obligés de prendre leurs congés maintenant en raison du coronavirus, par exemple par manque de travail. 7 sur 10 choisissent en effet eux-mêmes de prendre ou non congé pendant les grandes vacances. Pour 12 % des personnes interrogées seulement, l'employeur a demandé de prendre un maximum de congés en juillet et août.

Pandémie de Covid-19 oblige, les vacanciers cherchent toutefois une destination plus proche de la maison que d'habitude. Près de la moitié des travailleurs ont exceptionnellement réservé des vacances en Belgique cette année. Plus d'1 sur 4 a opté pour l'étranger.

Rien ne vaut le bureau

L'enquête révèle par ailleurs que plus de la moitié (56 %) des employeurs autorisent le télétravail. Soit une très nette augmentation par rapport à deux ans plus tôt, quand 1 sur 3 « seulement » autorisait cette pratique. Plus d'un quart des travailleurs profitent de cette flexibilité et travaillent principalement de la maison cet été. Principalement pour ne pas devoir faire la navette entre le bureau et la maison (65 %), pour éviter toute contamination par le COVID-19 (56 %) et pour pouvoir s'organiser correctement entre travail et vie privée (33 %). Mais la majorité (6 sur 10) préfère le plus souvent continuer à aller travailler. Un peu plus d'un sur 10 partage son temps entre la société et la maison.

Les travailleurs qui ont continué à se déplacer pour aller travailler pendant la crise du coronavirus sont en outre beaucoup plus nombreux à vouloir continuer à le faire cet été (90 % contre 29 %). À l'inverse, les travailleurs qui ont fait du télétravail pendant le confinement sont plus nombreux à vouloir maintenir ce régime en juillet et août (51 % contre 5 %).

Pas de blues des grandes vacances

Travailler l'été n'est clairement pas si difficile pour les travailleurs : pour 6 travailleurs sur 10, l'ambiance de travail pendant les grandes vacances est plus détendue. La moitié des travailleurs interrogés prennent plus de plaisir au travail pendant cette période, même si 60 % trouvent que le travail est aussi plus intense que d'habitude. 41 % disent que leurs collègues leur manquent quand ceux-ci sont en congé. Les femmes et les millennials sont plus nombreux à le dire que leurs collègues masculins ou plus âgés (respectivement 46 % contre 37 % et 50 % contre 36 %).

Les travailleurs optimistes ressentent sensiblement moins le blues des grandes vacances : ils sont beaucoup plus nombreux à trouver l'ambiance de travail plus détendue ces jours-là et ils prennent aussi plus de plaisir au travail en juillet et août que leurs collègues pessimistes (respectivement 64 % contre 44 % et 61 % contre 36 %).


*Selon une enquête en ligne auprès d'un échantillon représentatif de 1.050 travailleurs et employeurs par le bureau d'études de marché indépendant iVOX, à la demande de Tempo-Team en juillet 2020. La marge d'erreur maximale de l'enquête est de 2,94 %. L'échantillon est représentatif en termes de langue, d'âge, de sexe et de diplôme.

Plus de nouvelles

Nouvelles

Pour beaucoup de gens, gagner au Lotto semble être la voie royale pour mener une vie de château. Mais si cela leur arrivait demain, combien seraient prêts à abandonner leur emploi ? D'après une...

Nouvelles

Pour beaucoup de gens, gagner au Lotto semble être la voie royale pour mener une vie de château. Mais si cela leur arrivait demain, combien seraient prêts à abandonner leur emploi ? D'après une...
en savoir plus

Nouvelles

La crise sanitaire affecte durement notre société, y compris dans les milieux professionnels. C'est ce que confirme une enquête de grande ampleur* menée auprès de salariés et d'employeurs, ...

Nouvelles

La crise sanitaire affecte durement notre société, y compris dans les milieux professionnels. C'est ce que confirme une enquête de grande ampleur* menée auprès de salariés et d'employeurs, ...
en savoir plus

Nouvelles

Après une analyse approfondie de sa politique en matière de ressources humaines et de ses conditions de travail par le Top Employers Institute, Tempo-Team Belgium, en tant que partie de Randstad Gr...
en savoir plus

Nouvelles

Même si le coronavirus a considérablement influencé notre quotidien ces derniers mois, il n'en a pas pour autant vraiment modifié les projets de vacances des Belges. Comme avant la pandémie, la...
en savoir plus

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Wim Van der Linden

+32472 68 56 17

pr@tempo-team.be